Féminine Universelle : La Manifeste

pérille mortelle2

« La Féminine Universelle consiste en l’invention d’une grammaire féministe impertinente, de mots inventés comme «Femmage» (qui a due exister par la passée), ou encore «Noues» «Voues» «Toie» «Moie» pour rassembler la peuple des femmes, les «Sœurcières» et les «Anniversœurs» pour fêter notre sororité; la féministation de la grammaire selon la règle « La Féminine l’emporte sur la masculine » ; l’ajoute de E aux participes présentes, adverbes et partoute où cette accorde harmonieuse noues enchante ; la mise à la féminine et la maniemente triomphante de la majuscule des mots qui noues appartiennent, noues plaisent ou noues grandissent, tels que LA Clitorisse, LA Vagine, LA Féminisme, LA Matrimoine ; la mise à la masculinine et le refus de la majuscule aux noms qui noues détruisent ou noues dégoutent, tels que LE couille, LE covid, LE peste, LE syphilis, darmanin, etc ; la détournemente d’expression anciennemente misogynes, spécistes, misopédiques, racistes, classistes, validiste ou oppressive de quelque autre manière, telles que « elle n’y a pas morte de femme », « se sentir comme une poissonne dans l’eau sans bicyclette », « J’ai d’autres chattes à caresser », « faut pas jeter l’eau du bain avec pépé » ; et toute autre liberté féministante qui semblera signifiante ou émancipatrice à l’autrice, ou simplemente qui lui plaira. En effête, les instigateurs de la masculinisation du langage sous richelieu ne s’étante pas encombrés de logique ou d’objectivité dans leure sinistre tâche, nulle n’y est à son tour tenue dans la riposte.

Par ailleures, La Féminine Universelle, débridée, insurgée, insubordonnée, se trouve en constante évolution, et n’est pas restreinte par des règles strictes, si ce n’est celle de toujoures être porteuse de sens allante vers les intérêts des Femmes, donc en lutte féministe radicale intransigeante contre toute forme de violence ou d’arnaque masculiniste et misogyne.

Chacune est donc chaleureusemente invitée à utiliser La Féminine Universelle en tant qu’acte de résistance littéraire, artistique et militante, et d’y ajouter ses propres trouvailles, comme cela se fait d’ailleures déjà, notammente sur les réseaux sociaux. L’autrice en est toujoures très heureuse et

voues remercie alors de « rendre à Cléopâtre ce qui est à Cléopâtre » en citante sa travaille.
Car affirmer la maternité de nos œuvres à chacune consolide notre matrimoine commune, et participe de nos luttes féministes et sorores, contre l’effacement et la mise sous anonymat qui menace toujoures les créatrices, ainsi que contre l’appropriation et l’instrumentalisation de nos inventions de Femmes, de Féministes, par des hommes, et à nos dépens. »

 

Comme plusieures d'entre voues mes Sœurs me la redemande, voici la manifeste de la Féminine Universelle, publiée récemmente dans le livre Droits Humains pour Tou-te-s et complétée ici !

Manifeste de La Féminine Universelle par Typhaine D

« "La Féminine Universelle", que j'ai commencée d'élaborer en 2012 en écrivante "Contes à Rebours", puise, légitimée et encouragée par les Femmes et les recherches essentielles d'Aurore Evain et Eliane Viennot, perfectionnée dans ma One Feminist Show "La Pérille Mortelle", consiste en l’invention d’une langue féministe impertinente, d'une parlure et écriture exclusive, effrontémente exclusive des oppresseurs et inclusive des Opprimées.
Parce que la langue structure nos pensées et que nos pensées entraînent nos actions, une langue féministe me semble la clé de notre libération.
La Féminine Universelle est ma proposition artistique, littéraire et militante ; unique, singulière et mouvante.
Elle est ma proposition, créée, nommée et théorisée de manière précise, personnelle, subjective.
Elle est un outils de lutte féministe, de sororité appliquée et d'amoure propre, pour ouvrir des horizons de possibles heureuses, en paix, pour changer la Monde.
Elle n'a d'autres prétentions.
J'ai travaillée près de dix ans à la diffuser sans relâche, parfoise seule, et cette malgré les représailles masculinistes nombreuses et violentes, encore recemmente. Je l'ai semée dans mes spectacles, textes et interventions, et je suis heureuse qu'elle s'enracine de pluse en plusse dans nos usages pour donner des forces aux Femmes !
Elle n'enlève rien à toutes les autres propositions et savoir d'autres femmes artistes ou chercheuses sur la question de la démasculinisation du langage, bien au contraire elle aime s'en inspirer, les faire connaître, et j'espère les enrichir aussi.

"La Féminine Universelle" comprend une ensemble de possibilitées dont chacune seule est propre à donner de l'urticaire à tout académicien pas encore mort. En voici quelques unes :

La revendication insolente de mots comme «Femmage» (qui a due exister par la passée avant la création de l'académie...), "Hystoire" pour Noues raconter, «Noues» «Voues» «Toie» «Moie» pour rassembler la peuple des femmes, les «Sœurcières» et les «Anniversœurs» pour fêter notre sororité, etc.

La reconnaissance matrimoniale des règles hystoriques injustemente interdites par l'académie fRançaise sous richelieu, en femmage à nos Aînées, telle que la règle de proximité (exemple : les sécateurs et les haches sont aiguisées), la règle de choix (exemple : Simone Veil et alain finkielkrotte sont des académiciennes décédées), la règle d'importance (exemple : Simone Veil et alain finkielkrotte sont des académiciennes décédées), la règle de majorité (exemple : Un sécateur et deux haches aiguisées ont été retrouvées près du corps d'alain finkielkrotte) ; ou encore les noms de métier ou titres légitimes qui ont existés pendant des siècles et des siècles ou la méritent : autrice, peintresse, mairesse, professeuse, sécatoresse, etc. (merci Aurore Evain et Eliane Viennot pour cette partie, et pour l'humoure,

La féministation de la grammaire selon la règle « La Féminine l’emporte sur la masculine ».

L'abolition de l'arnaque du "masculin neutre" et la disparition de tous ses marqueurs. Exemples : "Elle était une fois", "C'est belle", ou encore "Misandre, je la suis."

Évidemmente l’ajoute de E aux participes présentes, adverbes et partoute où cette accorde harmonieuse noues en chante.

La mise à la féminine et la maniemente triomphante de la majuscule des mots qui noues appartiennent, noues plaisent ou noues grandissent, tels que LA Clitorisse, LA Vagine, LA Féminisme, LA Matrimoine ; de même que la mise à la masculinine et le refus de la majuscule aux noms qui noues nuisent, noues détruisent ou noues dégoutent, tels que LE couille, LE covid, LE peste, LE diarrhé, LE darmanin, etc.

La détournemente irrévérencieuse d’expressions anciennemente misogynes, spécistes, misopédiques, racistes, classistes, validistes ou oppressives de quelque autre manière, telles que « Oh... Elle n’y a pas morte de femme ! », « Se sentir comme une Poissonne dans l’eau sans bicyclette », « Faut pas jeter l’eau du bain avec pépé », etc.

Et toute autre liberté féministante qui semblera signifiante ou émancipatrice à l’autrice, ou simplemente qui lui plaira. En effête, les instigateurs de la masculinisation du langage sous richelieu ne s’étante pas encombrés de logique ou d’objectivité dans leure sinistre tâche, nulle n’y est à son tour tenue dans la riposte.

Par ailleures, La Féminine Universelle, débridée, insurgée, insubordonnée, se trouve en constante évolution, et n’est pas restreinte par des règles strictes, si ce n’est celle de toujoures être porteuse de sens allante vers les intérêts des Femmes, donc en lutte féministe radicale intransigeante contre toute forme de violence ou d’arnaque masculiniste et misogyne.

Chacune est donc chaleureusemente invitée à utiliser "La Féminine Universelle" en tant qu’acte de résistance et d’y ajouter ses propres trouvailles, comme cela se fait d’ailleures déjà, notammente sur les réseaux sociaux, ou encore dans l'oeuvre à paraître prochainemente aux éditions Elsa et Michèle Lafonne ;) "Héroïnes de la rue" de l'artiste féministe Marguerite Stern.

Je suis toujoures très heureuse de son utilisation et Voues remercie alors de « rendre à Cléopâtre ce qui est à Cléopâtre » en citante ma travaille.
Car affirmer la maternité de nos œuvres à chacune consolide notre matrimoine commune, et participe de nos luttes féministes et sorores, contre l’effacemente et la mise sous anonymat qui menace toujoures les créatrices, ainsi que contre l’appropriation et l’instrumentalisation de nos inventions de Femmes, de Féministes, par des hommes, et à nos dépens.

Mercie !

Typhaine D »

 

À la une

Chroniques pour 50/50 magazine
Chroniques pour 50/50 magazine

Elle était une fois l'actu Tous chaque 1er vendredi du mois

Manifeste de la féminine universelle
Manifeste de la féminine universelle

Féminine Universelle : La Manifeste

La Pérille Mortelle
La Pérille Mortelle

Le nouveau One Woman Show de Typhaine D !

"Contes à Rebours" : le spectacle

La tournée continue pour Contes à Rebours !

Typhaine D lauréate du prix Gisèle Halimi
Typhaine D lauréate du prix Gisèle Halimi

Typhaine D a remporté le concours d'éloquence organisé par le Fondation des Femmes

Opinion d'une Femme sur les Femmes - Fanny Raoul
Opinion d'une Femme sur les Femmes - Fanny Raoul

Un spectacle qui permet d'aborder féminisme et matrimoine !

"Contes à Rebours" : le livre

Une lecture fémininste ? Commandez "Contes à Rebours" !

Book artistique de Typhaine D par Nora Hegedüs
Book artistique de Typhaine D par Nora Hegedüs

Retrouvez les Héroïnes de "Contes à Rebours" dans ce shooting photo en studio !

25 novembre : les Personnages se mobilisent
25 novembre : les Personnages se mobilisent

Campagne du 25 novembre, chaque jour : une Héroïne, une image, un message contre les violences

4027 abonnéEs sur Twitter